Depuis quatre ans, Tiffany Seyve travaille à l’hôpital de Lörrach, ville allemande de 50 000 habitants, au carrefour entre la France et la Suisse. Chaque jour, cette manipulatrice diplômée à Besançon constate les différences de pratiques et de culture entre deux pays pourtant voisins. D’abord au niveau de l’organisation. « On sent moins le poids de la hiérarchie et de l’administration en Allemagne », assure-t-elle. Ensuite au niveau de la charge de travail : sa semaine dure 50 heures, sans...