Le cas est assez rare pour avoir fait l’objet d’un article dans la revue European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology [1]. À Lille, un fœtus a comblé une rupture de la paroi utérine de sa mère, les sauvant tous les deux. Comme le montre ce cliché d’angioscanner en coupe sagittale, son dos a été « aspiré » par la brèche utérine, qu’il a colmatée. De cette manière, il a empêché la rupture de la poche des eaux et comprimé les artères du muscle utérin, évitant une...