Au-delà de l’attrait pour la médecine, Philippe Douek doit son entrée dans le monde de l’imagerie à un penchant artistique. « Je suis venu à la radiologie car j’aime la photographie, explique-t-il. J’en faisais beaucoup étant jeune. » Au cours de ses études de médecine à Paris, son passage au service de neuroradiologie de l’hôpital des Quinze-Vingt achève de le convaincre qu’il a trouvé sa voie. Il quitte la capitale pour faire son internat à Lyon à la fin des années quatre-vingt. Après deux...