Ce mardi matin, à 10 h 30, un patient de 45 ans arrive au service de pneumologie de l’hôpital Tenon, Assistance publique – Hôpitaux de Paris. Il est envoyé par son médecin, après un scanner thoracique passé il y a quatre jours. Sur les images, la pneumologue Marie Wislez remarque trois masses pulmonaires dont l’une est excavée. « C’est peut-être infectieux, soupçonne-t-elle. Ce n’est pas toujours du cancer. » Pour en avoir le cœur net, le patient doit passer des examens complémentaires en...