L’accident vasculaire cérébral hémorragique (AVC) est une pathologie grave, avec plus de 75 % des patients décédés ou dépendants à 1 an. Son incidence est en constante augmentation, et aura vraisemblablement doublé d’ici à 2050, notamment en raison de l’allongement de l’espérance de vie [1] et des facteurs de risques vasculaires.
Parmi les facteurs de mauvais pronostic de l’hémorragie cérébrale, la croissance secondaire du volume de l’hématome est le seul qui soit modifiable à la phase aiguë...