Chaque fœtus chez lequel les médecins suspectent une anomalie cérébrale après un examen d’échographie devrait passer une IRM, estiment des chercheurs britanniques dans un article publié dans la revue Lancet [1]. Selon une étude multicentrique et prospective réalisée par leurs soins dans 16 centres de médecine fœtale, l’IRM fœtale fournirait en effet un diagnostic des malformations du cerveau plus exact que les ultrasons, ce qui permettrait d’améliorer la prise en charge de ces pathologies.