Un ronronnement se fait entendre dans le service de médecine nucléaire de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. C’est celui d’une IRM, et plus précisément d’une TEP-IRM. L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a rénové les locaux pour héberger cette technologie, qui a reçu son premier patient en octobre 2015. Le service de médecine nucléaire partage son utilisation avec l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM). L’appareil sert donc la moitié du temps pour la recherche et...