Les désordres psychiatriques tels que la dépression et l’anxiété sont fréquents chez les militaires victimes de lésions cérébrales. Ping-Hong Yeh et ses confrères de l’université de Bethesda, dans le Maryland (États-Unis), ont peut-être trouvé la cause de cette comorbidité : des perturbations dans les connexions de certains réseaux de neurones.

L’IRM utilisée sur 130 soldats atteints de lésions cérébrales

Comme ils l’ont expliqué le 29 novembre, lors du congrès de la Société nord-américaine...

Carla FERRAND