Les IRM pourraient-elles un jour fonctionner grâce à l’énergie solaire ? C’est en tout cas le postulat émis par des ingénieurs de l’université nationale des sciences et des technologies MISiS, à Moscou (Russie), qui développent des matériaux magnétiques et des aimants permanents à faible coût. Cette technologie, espèrent-ils, « permettra aux scientifiques de produire des dispositifs d'imagerie par résonance magnétique abordables et efficaces pour une large utilisation dans les établissements...