Les séquences silencieuses en IRM proposées par les constructeurs sont prometteuses pour améliorer le confort du patient. C’est le cas, par exemple, des séquences « Silent » de GE Healthcare, « Quiet Suite » de Siemens Healthineers, ou du concept « Pianissimo » de Toshiba. Peuvent-elles remplacer les séquences traditionnelles pour l’ensemble des indications cliniques ? Pas toujours, suggère une étude publiée récemment [1] dans American Journal of Roentgenology.

Séquences T1 et d’angio-IRM