Charte déontologique

Rédigé le 26 avril 2018

Préambule

La présente Charte a pour objet de rappeler les principes essentiels d’indépendance, de liberté et de fiabilité de l’information, et de préciser les droits et devoirs des journalistes, des dirigeants comme des actionnaires. Elle aura force obligatoire entre les parties (sociétés ou associations des journalistes des différents titres, actionnaires, dirigeants, directeurs des publications et des rédactions). En cas de changement ou de rajout de titres, elle s’imposera en termes identiques à leurs nouvelles directions de la rédaction et de la publication.

Complémentaire de la Charte de participation des contributeurs de BOM Presse, qui énonce les règles de contribution participative de ses lecteurs, cette charte déontologique fixe les bonnes pratiques de ses journalistes.

Devoirs et droits des journalistes

La présente charte reconnaît la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, adoptée en 1971, à Munich, dans les termes suivants :

Préambule

Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain.

De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

La responsabilité des journalistes vis‐à‐vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux‐mêmes s’imposent spontanément. Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici.

Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l’objet de la déclaration des droits, qui suit.

Déclaration des devoirs

Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements, sont :

  • Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui‐même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ;
  • Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;
  • Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et documents ;
  • Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ;
  • S’obliger à respecter la vie privée des personnes ;
  • Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;
  • Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement ;
  • S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage, en raison de la publication ou de la suppression d’une information ;
  • Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
  • Refuser toute pression et n’accepter de directive rédactionnelle que des responsables de rédaction.

Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci‐dessus.

Reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Déclaration des droits

  • Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception et en vertu de motifs clairement exprimés ;
  • Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale ;
  • Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou à sa conscience ;
  • L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journalistes ;
  • En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’à une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.

Publicité

Dans chacun des titres de BOM Presse, sur support papier ou numérique, comme dans leurs suppléments ou numéros spéciaux, l’espace rédactionnel et l’espace publicitaire ou promotionnel doivent se distinguer sans aucune ambiguïté. La typographie, l’iconographie et la mise en page de la publicité ou des publi‐rédactionnels ne doivent pas prêter à confusion avec le contenu rédactionnel.

Les impératifs publicitaires ne peuvent pas être évoqués pour influer sur les choix éditoriaux des titres de BOM Presse.

Les journalistes peuvent contribuer, de manière anonyme ou à titre gracieux, à la conception, à la rédaction, à l’illustration ou à la mise en page d’une publicité ou d’un publi‐rédactionnel publié dans un des titres de BOM Presse. Cette contribution doit être volontaire et doit se faire dans des conditions qui n’interfèrent pas avec le travail habituel du journaliste.

Les annonceurs n’ont aucun droit de relecture et d’intervention sur les contenus, y compris dans les suppléments et numéros spéciaux qu’ils auraient contribué à financer.

Choix des sujets

Principes généraux

  • Les sujets sont proposés en réunion de rédaction, exclusivement à l’initiative d’un membre de la rédaction.
  • Le directeur de la rédaction ou le rédacteur en chef arrête le choix des sujets et leur calibrage, après discussion en réunion de rédaction. Sur demande des journalistes, ses choix doivent pouvoir être justifiés au sein de la rédaction.

Critères généraux

Les sujets sont choisis en fonction de leur actualité et de leur proximité avec les intérêts des lecteurs. Ils peuvent également prendre en compte le caractère émotionnel d’une actualité.

Recueil de l’information

Pour mener à bien le recueil de l’information, outre les devoirs essentiels du journaliste, il est conseillé de :

  • Multiplier les sources d’information. Ne pas se limiter à une seule source d’information, qu’elle soit un communiqué de presse ou un interlocuteur.
  • Vérifier les informations recueillies.

Rédaction des articles

Le journaliste doit veiller à respecter les principes suivants :

  • Citer ses sources dans son article, quand cela est possible. En tout état de cause, ce conseil ne doit pas contrevenir au devoir de garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.
  • Rédiger une information la plus précise possible, qui s’appuie sur des éléments factuels.
  • Mettre en perspective l’information recueillie avec un contexte permettant de se rapprocher de la vérité.
  • N’utiliser les noms commerciaux des produits et les marques qu’à des fins d’information.
  • Pour citer un médicament, il convient d’utiliser la dénomination commune internationale et de mettre le nom commercial, si besoin, entre parenthèses.
  • Les articles sont signés, sauf les brèves.

Photographies

Le choix photographique fait partie du recueil de l’information des journalistes. Il suit les mêmes règles que les éléments rédactionnels.

Droit de relecture

Les personnes extérieures de la rédaction n’ont aucun droit de relecture et d’intervention sur les contenus, y compris dans les suppléments et numéros spéciaux qu’ils auraient contribué à financer.

Néanmoins, le journaliste garde la possibilité, uniquement sur sa propre initiative, dans l’objectif de vérifier les informations, de faire relire tout ou partie de l’article par une personne extérieure à la rédaction. Dans ce cas, le journaliste reste libre de prendre en compte ou pas les remarques formulées. L’auteur peut, avec la direction de la rédaction, refuser de publier l’article.

Interviews

Les interviews publiés sous forme de questions/réponses ne sont pas relus a priori par les personnes interrogées, ou alors dans le seul but d’éviter toute erreur factuelle ou de compréhension. Si la personne interrogée modifie substantiellement la teneur de ses propos, l’auteur de l’interview peut, avec la direction de la rédaction, refuser de publier l’entretien.

Voyages de presse

Est qualifié de voyage de presse un déplacement organisé à des fins promotionnelles et pris en charge par un organisme extérieur. Le recours aux voyages de presse doit se justifier professionnellement. L’acceptation d’un voyage de presse doit faire systématiquement l’objet d’une discussion avec un responsable hiérarchique, afin d’en déterminer l’intérêt et la nécessité. Tout journaliste peut refuser de participer à un voyage de presse, sans avoir à s’en justifier. La participation à un voyage de presse ne saurait valoir engagement du journaliste ou de sa rédaction à publier un article en résultant.

Droits de réponse et rectificatifs

Les droits de réponse sont publiés conformément à la loi. Tout journaliste concerné par la publication d’un droit de réponse doit être informé avant ladite publication. Il en va de même pour les rectificatifs.

Conflits d’intérêt

Les journalistes du groupe n’acceptent pas de traiter un sujet autour duquel apparaît un conflit d’intérêt personnel. Ils ne couvrent pas un domaine dans lequel un membre de leur famille ou de leur entourage proche occupe une fonction d’autorité. Ils n’achètent pas d’actions d’une société dont ils suivent les activités pour leur journal.

Cadeaux

Les journalistes s’engagent à refuser tout cadeau d’une valeur substantielle, ou de nature à mettre en cause leur indépendance.