C’est ce qui s’appelle avoir le rythme dans la peau… ou plutôt dans les os. Pour contourner la censure en ex-URSS, qui prohibait la musique occidentale durant la guerre froide, des mélomanes astucieux recyclaient des feuilles de radiographie sur lesquelles ils gravaient des morceaux de rock n’roll, de blues et de jazz. Ils obtenaient ainsi des disques vinyles artisanaux, au son d’une qualité improbable.

La radio comme outil de contrebande

« À une époque où l'industrie de l'enregistrement...