L’enfant est plus vulnérable aux rayons X que l’adulte. Ses tissus sont plus fragiles, la proportion de cellules jeunes est plus importante, et son organisme est en pleine croissance. En outre, son espérance de vie plus longue augmente l’éventualité de voir apparaître des risques stochastiques (non déterministes) après des actes de radiologie interventionnelle. Autant de raisons rappelées par Jean-François Chateil, radiologue dans le service d’imagerie anténatale, de l’enfant et de la femme...