« Le projet en est à ses débuts mais il est prometteur », estime Françoise Chuburu, enseignante-chercheuse à l’institut de chimie moléculaire de Reims (51). Avec les universités belges de Mons et de Gand, l’établissement élabore un dispositif qui permettra de repérer les plaques d’athérome par IRM. Le principe : une sonde magnétique couplée à un peptide de ciblage, capable de reconnaître les plaques et de s’y fixer.

Soutien européen

Les différentes équipes se sont partagé le travail. « ...