radioprotection des patients

Les protections plombées toujours employées malgré les recommandations

Les services de radiologie utilisent encore largement des protections plombées pour protéger les organes radiosensibles des patients, malgré les preuves de leur non-utilité dans certains cas, révèle une enquête européenne qui plaide pour la mise en œuvre de recommandations pour sensibiliser les patients et les soignants.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 30/06/23 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:24 Lecture 3 min.

Les 79 répondants qui disent ne pas les utiliser répondent en majorité que « les protections plombées ne sont pas efficaces ou nécessaires pour réduire l’exposition inutile aux doses d’organes sensibles » (photo d'illustration). © S. D.

Une enquête européenne menée dans 225 centres de santé de 35 pays montre que l'utilisation des protections plombées pour les patients est encore très répandue dans les services de radiologie européens et ce malgré les preuves de l'inutilité de cette pratique dans de nombreux cas. Les résultats de ce sondage réalisé à l’initiative du groupe Gonad And Patient Shielding (GAPS) - formé dans le but de développer un consensus dans ce domaine - de mai à septembre 2021 ont été publiés dans la revue Insights into Imaging [1].

Les protections plombées ne sont plus recommandées

Les protections plombées sont utilisées depuis plusieurs années dans les services de radiologie afin de réduire les effets et les risques des rayonnements ionisants sur certains organes radiosensibles, notamment les gonades, la thyroïde, les seins féminins, le cristallin ou encore le fœtus chez les femmes enceintes. Pourtant des recommandations européennes basées sur la littérature déconseillent dans la majorité des cas d'y

Il vous reste 79% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Bibliographie

  1. Granata C., Briers E., Candela-Juan C. et coll., « European survey on the use of patient contact shielding during radiological examinations », Insights into Imaging, 2023, vol. 14, n° 108. DOI : 10.1186/s13244-023-01452-3.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR