Langage naturel

Quand ChatGPT s’invite en radiologie

Disponible gratuitement sur internet depuis le 30 novembre 2022, l'agent conversationnel ChatGPT fait déjà l'objet de publications dans Radiology, partagées entre le potentiel et les risques que présente l'utilisation de ce logiciel en imagerie.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 16/03/23 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 2 min.

L'utilisation de ChatGPT en imagerie pose des problèmes d'éthique, de responsabilité mais aussi de propriété intellectuelle (photo d'illustration). D. R.

Écrire une lettre de motivation, rédiger un compte rendu, coécrire un article scientifique [1] ou journalistique... Le logiciel gratuit de conversation ChatGPT, développé par l'entreprise californienne OpenAI, fait sensation depuis sa sortie, le 30 novembre dernier, que ce soit pour ses résultats impressionnants ou pour les questions éthiques que soulèvent son utilisation et son entraînement. Ses capacités à reproduire la réalité, voire mimer un raisonnement rationnel – jusqu'à un certain point – ont entraîné la publication de plusieurs articles d'éclairages et de mise en garde sur son utilisation potentielle en recherche médicale, entre autres en radiologie [2].

« L'IA ne peut pas être tenue pour responsable de ce qu'elle produit »

Comme démonstration du potentiel de ChatGPT en imagerie médicale, le radiologue Som Biswas, de l'hôpital pour enfants Le Bonheur (Tennessee, États-Unis) a publié le 2 février dans Radiology un article de perspective rédigé par l'agent conversationnel et inti

Il vous reste 74% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

  1. O’COnnor S., ChatGPT, « Open artificial intelligence platforms in nursing education: Tools for academic progress or abuse? », Nurse Education in Practice, janvier 2023, vol. 66, n° 103537. DOI : 10.1016/j.nepr.2022.103537.
  2. Flanagin A., Bibbins-Domingo K., Berkwits M. et coll., « Nonhuman « authors » and implications for the integrity of scientific publication and medical knowledge », JAMA, 2023, vol. 329, n° 8, p. 637-639. DOI : 10.1001/jama.2023.1344.
  3. Biswas S., « ChatGPT and the future of medical writing », Radiology, epub 2 février 2023. DOI : 10.1148/radiol.223312.
  4. Lecler A., Duron L., Soyez P. et coll., « Revolutionizing radiology with GPT-based models: Current applications, future possibilities and limitaitons of ChatGPT », Diagnostic and Inerventional Imaging, 2023. DOI : 10.1016/j.diii.2023.02.003.
  5. Koo M., « The importance of proper use of ChatGPT in medical writing », Radiology, epub 7 mars 2023. DOI : 10.1148/radiol.230312.
  6. Ufuk F., « The role and limitations of large language models such as ChatGPT in clinical settings and medical journalism », Radiology, epub 7 mars 2023. DOI : 10.1148/radiol.230276 .

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juin

16:01

Une équipe de radiologues américains a développé un nouveau système de biopsie guidé par imagerie mammaire moléculaire au technétium 99m. Selon une étude parue dans Radiology: Imaging Cancer et menée sur 17 patientes, la procédure durait en moyenne 55 minutes, était bien tolérée et efficace.

13:31

La prévalence des sujets étasuniens éligibles au dépistage organisé du cancer du poumon et à jour de ce dépistage était de 18 % en 2022, avec une prévalence variant fortement entre États américains (de 10 % à 31 %), selon une étude parue dans JAMA Internal Medicine.
11 Juin

16:30

La Société européenne d'imagerie urogénitale (ESUR) publie ses recommandations sur la caractérisation et la stadification des masses annexielles à l'IRM et au scanner.

14:00

L'Hôpital ZNA Cadix à Anvers (Belgique) a suspendu son équipe de radiologues suite à l'identification de 24 « erreurs et inexactitudes graves » dans un groupe de 1 300 examens. Des radiologues d'autres centres ont pris le relais dans l'établissement (communiqué).
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR