En imagerie, le consentement et l’acceptation du patient sont essentiels. « Il y a une différence entre le patient malade qui va subir un examen d’imagerie et un patient sain qui doit « accepter » les risques que cela induit pour lui : allergie au produit de contraste, irradiation, claustrophobie, immobilisation, etc., a rappelé Erik Briers, avocat défenseur des droits des patients à Bruxelles (Belgique), lors d’une session du Congrès européen de radiologie 2021 consacrée à la communication...

Sihem BOULTIF