Après les urgentistes, c’est au tour des manips du secteur public de faire entendre leurs doléances. Dans plusieurs hôpitaux, dont ceux de Nice (06) et de Bayonne (64), ils sont en grève depuis plusieurs semaines pour réclamer des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail.

Ils réclament la prime de risque aux urgences

C’est la « prime Buzyn », du nom de la ministre des Solidarités et de la Santé, qui a mis le feu aux poudres : les manipulateurs demandent à percevoir...

Carla FERRAND