Après l’étude américaine NLST, publiée en 2011, l’étude belgo-néerlandaise Nelson sur le dépistage du cancer du poumon a enfoncé le clou. Présentée au mois de septembre 2018 au congrès de l’Association internationale pour l’étude du cancer du poumon (International Association for the Study of Lung Cancer) à Toronto, au Canada, elle fournit de nouveaux arguments en faveur du recours au scanner basse dose, qui permettrait de diminuer la mortalité par cancer du poumon de 25 % chez les hommes et...