S’il n’avait pas été radiologue, Antoine Rosset aurait été informaticien. Mais avec deux parents médecins, il n’a pas pu échapper aux lois de l’hérédité. « Après mes études de médecine à l’université de Genève, j’ai choisi la radiologie parce qu’il y avait déjà de l’informatique, raconte-t-il dans son bureau de l’hôpital de la Tour, à Meyrin, canton de Genève. L’imagerie lui a permis d’ancrer sa passion dans le concret : « Je voulais faire de l’informatique appliquée. Pour ça, la radiologie...