Pour Franck Clarot, la médecine et la radiologie n’ont pas été des évidences, mais plutôt des passions à fermentation lente. « Je ne fais pas partie des gens qui ont une vocation ancrée depuis l’enfance. Dans ma famille, personne n’est médecin. Je n’ai pas grandi dans ce milieu », confie-t-il. Au lycée, il s’intéresse à la biologie et aux sciences du vivant, et tente médecine. « J’étais parti pour faire de l’endocrinologie ou de la neurologie. Finalement, il y avait un poste d’interne en...

Carla FERRAND