Pour Mohamed Hadid, exercer le métier de radiologue s’apparente à un parcours du combattant. La situation a failli tourner au drame en 2017, lorsqu’il fut menacé d’expulsion du territoire : « J’avais un poste à l’hôpital d’Agen, mais l’administration française me proposait de repartir en Algérie, d’attendre un an là-bas et de refaire un autre contrat pour revenir travailler. C’était très compliqué », raconte-t-il.

Comité de soutien

Heureusement, il a pu compter sur la mobilisation de...

Carla FERRAND