Financiarisation

« Si on ne régule pas, la radiologie pourrait tomber aux mains de groupes financiers »

Le secteur de l’imagerie semble intéresser de plus en plus les investisseurs financiers, qui cherchent à intégrer le capital des groupes libéraux. Pour Frédéric Bizard, économiste spécialiste des questions de protection sociale et de santé, cette financiarisation pourrait menacer l’indépendance des radiologues.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 07/11/22 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 2 min.

« La financiarisation, c’est la perte de l'outil de travail pour les radiologues et donc la fin ou bien la restriction de l'exercice libéral dans cette profession », estime Frédéric Bizard, professeur d'économie associé à l'ESCP Europe et à Paris Dauphine notamment. professeur d'économie et fondateur de l’Institut Santé, centre de recherche sur la refondation du système de santé. D. R.

Docteur Imago / Pourquoi les groupes financiers s’intéressent-ils à la radiologie ?

Frédéric Bizard / Dès que des secteurs sont potentiellement lucratifs, des financiers s'y intéressent. Ils considèrent que l’imagerie médicale pourrait être exercée d'une façon beaucoup plus rentable qu’aujourd’hui, en rassemblant tous les cabinets en un grand groupe qui permettrait notamment de mutualiser les fonctions support en laissant uniquement les fonctions purement opérationnelles et médicales entre les mains des radiologues. Ensuite, la santé est un secteur très important qui représente plusieurs milliards d'euros d’activité. Les investisseurs se disent donc que c’est une source de profits importante.

D. I. / Quelles sont les conséquences de la financiarisation pour les radiologues ?

F. B. / Si on ne fait rien et qu’on ne régule pas, je pense que demain, la radiologie libérale sera entre les mains de groupes financiers. La financiarisation, c’est un peu le transfert du capital, en ce qui concerne

Il vous reste 75% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR