Intelligence artificielle

Comment exploiter le Natural Language Processing en imagerie

Les dispositifs de traitement naturel du langage peuvent rendre des services en imagerie, à condition de bien les préparer à la complexité du vocabulaire radiologique et de tenir compte des problématiques d’anonymisation des données.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 24/05/21 à 15:30, mise à jour hier à 15:07 Lecture 2 min.

En imagerie, le logiciel doit pouvoir reconnaître le langage radiologique. Ensuite, les applications sont multiples : évaluation des pratiques, synthèses cliniques, aide à la création de bases de données et d’images radiologiques, etc. (photo d'illustration). D. R.

Lors d’un webinaire organisé par le Collège des enseignants en radiologie de France (CERF), Loïc Boussel, chef du service d’imagerie de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, a présenté les apports potentiels du traitement naturel du langage en imagerie grâce à l’intelligence artificielle. « Le natural langage processing, ou traitement naturel du langage, est un ensemble de mesures permettant aux machines de lire et de comprendre le langage humain », a-t-il expliqué. « C’est une interaction entre les ordinateurs et les humains qui utilise le langage naturel. C’est donc différent du code informatique, qui peut être utilisé habituellement pour d’autres applications. »

Différents usages

Cette technologie est déjà présente dans de nombreuses fonctions du quotidien, souligne-t-il : moteurs de recherche, reconnaissance vocale, chatbots, résumés automatiques de textes, etc. En radiologie, en revanche, son développement connaît un retard : « L’intérêt pour cette technique est tout récent. Les app

Il vous reste 69% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Sihem Boultif

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR