Dépistage

La biopsie ciblée par IRM permettrait de diminuer le surdiagnostic du cancer de la prostate

Une vaste étude suédoise a comparé un protocole de biopsie ciblée par IRM à la biopsie systématique chez les hommes présentant un taux élevé de PSA. Le premier permet de diviser par deux le nombre de faux positifs, même si quelques rares cas positifs sont ratés.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 10/01/23 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 3min.

« Le fait d'éviter la biopsie systématique au profit d'une biopsie guidée par l'IRM pour le dépistage et la détection précoce chez les personnes présentant des taux élevés de PSA a réduit de moitié le risque de surdiagnostic, au prix d'un retard dans la détection des tumeurs à risque intermédiaire chez une petite proportion de patients », concluent les auteurs (photo d'illustration). © Carla Ferrand

Une nouvelle étude suédoise s’est intéressée à la meilleure manière de dépister le cancer de la prostate chez les hommes présentant un taux élevé de Prostate Specific Antigen (PSA), en ayant recours à la biopsie guidée par IRM. Ses résultats sont parus dans New England Journal of Medicine le 8 décembre 2022 [1]. Le taux élevé de surdiagnostic est le principal obstacle au dépistage systématique, écrivent les auteurs de l’article. Il est dû à la forte prévalence des cancers de la prostate petits et de bas grade dans la population adulte. « Le recours à la biopsie ciblée sur des lésions suspectes en IRM a été suggéré comme un moyen de réduire le surdiagnostic du cancer de la prostate », précisent les chercheurs.

Un essai en population

L’étude s’est attelée à évaluer, au sein de la population suédoise (cohorte Göteborg-2), un programme de dépistage qui inclut le dosage des PSA suivi d’une biopsie ciblée chez les patients avec des résultats positifs à l’IRM. Avec une question : cette méthode

Il vous reste 78% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Avatar photo

Benjamin Bassereau

Directeur de la rédaction BOM Presse Clichy

Voir la fiche de l’auteur

Bibliographie

  1. Hugosson, Jonas, et coll. « Prostate Cancer Screening with PSA and MRI Followed by Targeted Biopsy Only », New England Journal of Medicine, vol. 387, no 23, décembre 2022, p. 2126‑2137. DOI.org (Crossref), https://doi.org/10.1056/NEJMoa2209454.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR