Pathologies pulmonaires

L’IRM au xénon 129 hyperpolarisé identifie des anomalies associées à la Covid longue

Grâce à l’IRM au xénon 129 hyperpolarisé, des chercheurs canadiens ont identifié des anomalies microscopiques dans l’oxygénation du sang par les poumons chez des patients atteints de syndromes post Covid persistants.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 08/07/22 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 2 min.

« l’IRM au Xénon 129 hyperpolarisé en phase dissoute (129Xe) permet une étude régionale sensible de la ventilation pulmonaire, de la microstructure et du transfert de gaz à travers l’épithélium alvéolaire dans la circulation sanguine », expliquent les auteurs de l'étude. © Matheson A. M. / Radiology

Une étude prospective publiée dans Radiology a tenté de découvrir pourquoi certaines personnes continuent de souffrir de problèmes respiratoires plusieurs mois après avoir contracté la Covid-19. « Le SARS-CoV-2 cible les cellules exprimant l’enzyme 2 de conversion de l’angiotensine dans les voies respiratoires, expliquent-ils. [1] Deux des symptômes les plus courants chez les patients atteints d’une Covid longue sont la fatigue et l’essoufflement, qui surviennent généralement sans cause identifiable par imagerie, tests de la fonction pulmonaire ou tests sanguins », précisent les auteurs de la recherche, chercheurs à l'université Western Ontario, au Canada.

34 patients inclus

L’étude a inclus 34 patients atteints de syndrome post-Covid aigu, âgés de 18 à 80 ans avec un test PCR positif et 6 sujets contrôle. 12 avaient été hospitalisés pour Covid-19 et 22 autres n’avaient pas été hospitalisés. Les 34 participants présentaient des problèmes de niveau d’oxygène absorbé par leurs globules rou

Il vous reste 65% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Bibliographie

  1. Matheson A. M., McIntosh M. J., Kooner H. K. et coll., « Persistent 129Xe MRI pulmonary and CT vascular abnormalities in symptomatic individuals with post-acute COVID-19 syndrome », Radiology. Epub 28 juin 2022. DOI : https://doi.org/10.1148/radiol.220492.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR