Politique de santé

Le Ségur du numérique en questions

Signé en juillet 2020, le volet numérique du Ségur de la Santé doit accélérer le déplacement des technologies numériques dans le domaine médical, y compris en imagerie. Dossier médical partagé, messagerie sécurisée de santé, incitations financières… on fait le point sur les changements en cours et à venir.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 14/09/21 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:22 Lecture 4min.

Les nouvelles versions des RIS « référencés Ségur » doivent être proposées par les éditeurs sous 15 mois (photo d'illustration). © Virginie Facquet

Qu’est-ce que le Ségur du numérique ?

Le Ségur du numérique est un des volets des accords du Ségur de la santé, signés le 13 juillet 2020 par le premier ministre, le ministre des Solidarités et de la Santé et une majorité d’organisations syndicales représentatives des professionnels médicaux et non médicaux de l’hôpital public. Il prévoit d’investir 2 milliards d’euros pour le développement des technologies numériques dans le secteur de la santé. Ces investissements « permettront de donner un coup d’accélérateur sans précédent pour rattraper le retard dans la modernisation, l’interopérabilité, la réversibilité, la convergence et la sécurité des systèmes d’information en santé », indique l’Agence du numérique en Santé.

Quels sont les grands chantiers du Ségur du numérique ?

« Le but du Ségur du numérique est de généraliser le partage fluide et sécurisé des données de santé entre professionnels de santé et avec les usagers pour mieux prévenir et mieux soigner », expliquait Olivier Clatz, me

Il vous reste 85% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR