Une femme sur cinq ferait l’impasse sur un examen complémentaire après la découverte d’une anomalie sur une mammographie de dépistage si elle devait payer une franchise d’assurance, selon une étude présentée ce mardi 29 novembre au Congrès de la Société nord-américaine de radiologie (RSNA).

Des primes moins chères et des franchises élevées

Aux États-Unis, les frais de santé et les primes d’assurance ont augmenté ces dernières années et, avec l’avènement du Affordable Care Act, qui impose le...

Jérôme HOFF