La réaction ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué commun daté du 27 janvier, la Société de chirurgie gynécologique et pelvienne (SCGP) et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) répondent aux radiologues interventionnels qui ont fait la promotion le 23 janvier de l'embolisation pour traiter les fibromes utérins. Pour défendre leur position, les gynécologues mettent en avant l’argument de la préservation de la fertilité : « L’embolisation fait partie...