La déficience cognitive légère évoluerait plus rapidement vers la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées anxieuses, selon une étude présentée au Congrès de la Société nord-américaine de radiologie (RSNA). « Nous savons que la perte de volume de certaines zones du cerveau est un facteur prédictif de la progression de la maladie d’Alzheimer, explique Maria Vittoria Spampinato, radiologue à la faculté de médecine de Caroline du Sud, à Charleston, et auteur sénior de l’étude, dans un...

Jérôme HOFF