Tribune

Dépistage du cancer du poumon par scanner : entre frustration et tentation

Les autorités de santé françaises doivent lancer des expérimentations de dépistage organisé du cancer du poumon à l’échelle nationale, au regard des dernières études qui démontrent les effets positifs d’un tel dispositif sur la santé publique et la baisse constante de ses coûts.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 16/04/20 à 7:00, mise à jour aujourd'hui à 15:07 Lecture 8 min.

Organiser un dépistage systématique auprès des fumeurs à partir d’un certain seuil de tabagisme mesuré impliquerait des dépenses de santé considérables qui doivent nécessairement produire un résultat efficace en termes de détection précoce et de réduction du taux de mortalité, tout en maîtrisant les risques de cancer radio-induit. © Carla Ferrand

Avec 46 363 nouveaux cas estimés en 2018 et 22 761 décès chez l’homme la même année [1], le cancer du poumon est le 4e cancer le plus fréquent et le 2e cancer le plus répandu chez l’homme. Chez la femme, l’étude de l’évolution du cancer sur les 30 dernières années démontre une forte augmentation du taux d’incidence et du taux de mortalité, corrélée avec l’augmentation de la consommation de tabac par les femmes. Le principal facteur de risque demeure le tabagisme.
Un cancer du poumon est généralement détecté grâce à un examen de scanner thoracique. Depuis les 20 dernières années, se pose donc la question du dépistage du cancer du poumon par scanner chez les fumeurs et anciens fumeurs. En effet, détecté à un stade précoce, le patient verra ses chances de survie nettement améliorées.

De nombreuses problématiques

En France, il n’existe pas de dépistage organisé du cancer du poumon, contrairement au cancer du sein pour lequel le dépistage est organisé et gratuit entre 50 et 74 ans, tous les de

Il vous reste 91% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Nesrine Benyahia

Docteur en droit de la santé Présidente et fondatrice de DrData Secrétaire générale du think tank LISA Membre associé de l'institut Droit et Santé

Bibliographie

  1. « Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018 », Santé Publique France, Francim, HCL, Institut national du cancer, juillet 2019. https://www.e-cancer.fr/content/download/267189/3771998/file/Rapport_Vol1_Tumeurs_Solides_juillet_2019.pdf. Site consulté le 27 février 2020.
  2. Berwick D. M., Nolan T. W., Whittington J., « The triple aim: care, health and cost », Health Affairs, 2008, vol. 27, n° 3, p. 759- 769. DOI : 1377/hlthaff.27.3.759.
  3. McMahon P. M., Kong C. Y., Bouzan C., et coll., «Cost-effectiveness of computed tomography screening for lung cancer in the United States », Journal of Thoracic Oncology, novembre 2011, vol. 6, n° 11, p. 1841-1848. DOI : 1097/JTO.0b013e31822e59b3.
  4. Haute Autorité de santé, « Cancer du poumon : conditions non réunies pour un dépistage chez les fumeurs », communiqué de presse, 19 mai 2016. https://www.has-sante.fr/jcms/c_2632022/fr/cancer-du-poumon-conditions-non-reunies-pour-un-depistage-chez-les-fumeurs?portal=p_3058934. Site consulté le 27 février 2020.
  5. Zhao Y. R., Xie X., De Koning H. J. et coll., « NELSON lung cancer screening study », Cancer Imaging, 2011, vol. 11 (1A), S79–S84. DOI : 1102/1470-7330.2011.9020.
  6. Infante M., Cavuto S., Lutman F. R., et coll., « A randomized study of lung cancer screening with spiral computed tomography: three-year results from the DANTE trial », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, septembre 2009, vol. 180, n° 5, p. 445-453. DOI : 10.1164/rccm.200901-0076OC.
  7. Aberle DR., Adams AM., Berg CD., et al., « Reduced lung-cancer mortality with low-dose computed tomographic screening », New England Journal of Medicine, août 2011, vol. 365, p. 395-409. DOI : 10.1056/NEJMoa1102873.
  8. Saghir Z., Dirksen A., Ashraf H. et coll., « CT screening for lung cancer brings forward early disease. The randomised Danish Lung Cancer Screening Trial: Status after five annual screening round with low-dose CT », Thorax, avril 2012, vol 67, n° 4, p. 296-301.
  9. Pastorino U., Rossi M., Rosato V. et coll., « Annual or biennial CT screening versus observation in heavy smokers: 5-year results of the MILD trial », Eur J Cancer Prev, mai 2012, vol. 21, n° 3, p. 308-315. DOI : 10.1097/CEJ.0b013e328351e1b6.
  10. Black W. C., Gareen I. F., Soneji S. S. et coll., « Cost-Effectiveness of CT Screening in the National Lung Screening Trial », New England Journal of Medicine, novembre 2014, vol. 371, n° 19. DOI : 10.1056/NEJMoa1312547.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

23 Mai

16:01

13:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

7:31

Dans le cadre d’une étude présentée dans The Lancet Digital Health, ChatGPT-4 a fourni des réponses jugées acceptables sans intervention des oncologues à des questions de patients sur le cancer dans 58 % des cas. 7 % des réponses ont été qualifiées de « peu sûres » par ces mêmes oncologues.
22 Mai

16:31

Un modèle d'apprentissage profond utilisant l'IRM injectée de type DCE distingue plus efficacement que les cliniciens les carcinomes hépatocellulaires proliférants des carcinomes hépatocellulaires non-proliférants, d'après une étude rétrospective multicentrique chinoise portant sur 355 patients et parue dans Academic Radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR