Points de vue

Faut-il développer les consultations avant un examen d’imagerie lourde ?

Les radiologues devraient-ils voir davantage leurs patients avant un examen radiologique en imagerie lourde ? Si oui, comment le pourraient-ils alors que le manque de médecins et les cadences contraignent leurs emplois du temps ? Trois spécialistes nous ont livré leur point de vue sur la question.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 05/09/22 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:10 Lecture 4 min.

© Carla Ferrand

« Les secrétaires et les manipulateurs pourraient être formés à repérer les situations à tension »

laurence rocher

Laurence Rocher

Cheffe du service de radiologie de l'hôpital Antoine-Béclère (Clamart)

Une consultation formalisée avant l’examen radiologique n’est pas envisageable pour tous les patients. Nous ne sommes même pas au creux de la vague du nombre de radiologues et de manips en France, et avec l'accélération des cadences, nous réalisons un scanner toutes les 15 minutes à l'hôpital. Il faut donc être réaliste : quand je fais des vacations au scanner, je n’ai pas le temps de voir tous les patients que je souhaiterais. Et c'est sans compter les urgences, les internes à former, etc.

La sélection des patients à voir avant l'examen radiologique est difficile. Il faudrait former les secrétaires et les manipulateurs à repérer les situations de tension, où l'on risque de passer à côté de certains diagnostics, notamment les patients polypathologiques, les patients oncologiques qui ne sont pas suivis dans

Il vous reste 85% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

14 Juin

16:01

La perforation du tractus gastro-intestinal après l’ablation par radiofréquence (ARF) pour les tumeurs hépatiques est rare, mais est associée avec une mortalité élevée. C’est ce que révèle une étude évaluant les facteurs de risque après l’ARF si la tumeur index est situé autour de l’intestin grêle.  

13:31

L'entreprise française DMS Group, qui produit des systèmes d'imagerie pour la radiologie numérique et l'ostéodensitométrie, a annoncé la signature d'un accord avec Medlink Imaging, filiale du coréen Vieworks, pour la vente aux États-Unis des solutions de radiologie mobile M1 de Solutions for Tomorrow.

7:31

La lymphangiographie par IRM de contraste dynamique est une technique sûre et reproductible pour l'imagerie du système lymphatique central chez les patients atteints d'anomalies lymphatiques primitives, conclut un article de Clinical Radiology.
13 Juin

16:01

Les comptes rendus de radiologie générés par l’IA se montrent prometteurs pour produire une meilleure qualité de rapports et améliorer les flux de travail en radiologie, indique une étude.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR