SFNR

La place de l’IRM dans l’imagerie du coma post-traumatique

Lors du congrès de la SFNR qui a eu lieu du 29 au 31 mars, le neuroradiologue Damien Galanaud a expliqué les différentes utilisations de l'IRM en phase suraiguë et subaiguë dans l'imagerie du coma post traumatique pour les traumas crâniens graves et modérés.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 09/05/23 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 6 min.

Les IRM en phase subaiguë à visée pronostique doivent être réalisées en cas de trouble de conscience persistant, non expliqué par la sédation, signale Damien Galanaud. @ S. D.

Lors d’une session du congrès de la Société française de neuroradiologie (SFNR), Damien Galanaud, neuroradiologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), a fait le point sur l’imagerie du coma posttraumatique. Dans cette exploration, l’IRM occupe une place importante aussi bien pour les traumas crâniens graves que pour les traumas crâniens modérés.

Deux évolutions possibles du patient dans le coma

Le coma se définit généralement par une absence de réponse aux ordres simples, non expliquée par la sédation, explique Damien Galanaud. Il s’agit dans la majorité des cas d’un état transitoire, dans lequel le malade évolue de deux manières différentes. « Dans le meilleur des cas vous avez une récupération de la conscience qui peut prendre du temps, et des séquelles plus ou moins importantes pour les malades victimes d’un trauma crânien », décrit le neuroradiologue. Le deuxième cas de figure est le trouble de la conscience persistant.

Les troubles de la c

Il vous reste 88% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR