Nouvelle modalité

L’IRM corps entier en pédiatrie

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Solène Le Cam, Valérie Merzoug, Catherine Adamsbaum et Inès Mannes Le 18/06/20 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:29 Lecture 11min.

Son caractère non irradiant et sa couverture large en un seul examen justifient la place grandissante de l'IRM corps entier en imagerie pédiatrique. Une bonne connaissance des variantes de la normale et des artefacts est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. © Inès Mannes et coll.

Résumé

L’IRM corps entier est une modalité d’imagerie de choix en radiologie pédiatrique et il existe un nombre croissant de demandes de cet examen. Sa non-exposition aux rayonnements ionisants et sa couverture large en un seul examen justifient sa place grandissante. Une bonne connaissance des variantes de la normale et des artefacts est nécessaire pour aboutir à un diagnostic. Le protocole doit être adapté à la pathologie recherchée. L’IRM corps entier est notamment largement indiquée en rhumatologie, face à des douleurs chroniques de l’enfant ou une fièvre prolongée, susceptibles de révéler une ostéomyélite chronique multifocale récurrente (OCMR).

Introduction

L’IRM corps entier est un examen particulièrement attractif en imagerie pédiatrique. Elle fournit une vision d’ensemble du corps humain en un seul examen, permettant de ne pas multiplier les explorations. Elle n’expose pas aux rayonnements ionisants et répond donc aux principes fondamentaux de la radioprotection. Le principe ALARA, « As Low As Reasonably Achievable », est ainsi respecté. L’IRM corps entier constitue donc une alternative intéressante aux autres modalités d’imagerie corps entier utilisées jusqu’à présent, telles que la scintigraphie ou la TEP-TDM. Afin d’en tirer profit, il est essentiel de comprendre comment et pourquoi cet examen doit être réalisé, et quels en sont les artefacts et variantes de la normale.

Technique et réalisation pratique

Une IRM corps entier peut être réalisée à 1,5 T ou 3 T. En pratique, l’acquisition se fait en respiration libre, sans sédation au-delà de l’âge de 4 ans. L’examen dure 30 à 60 minutes, selon le nombre de paliers d’acquisiti

Il vous reste 93% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solène Le Cam

Radiologue Paris

Valérie Merzoug

Radiologue Service d'imagerie pédiatrique Hôpital Bicêtre - Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Catherine Adamsbaum

Professeur émérite Radiologie pédiatrique Hôpital Robert Debré, Assistance publique-Hôpitaux de Paris Faculté de médecine de l’université Paris Saclay

Inès Mannes

Radiologue Service d'imagerie pédiatrique Hôpital Bicêtre - Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Bibliographie

  1. Laor T., Jaramillo D., « MR Imaging Insights into Skeletal Maturation: What Is Normal ? », Radiology, janvier 2009, vol. 250, n° 1, p. 28–38. DOI : 10.1148/radiol.2501071322. Article en libre accès.
  2. Raissaki M., Demetriou S., Spanakis K. et coll., « Multifocal Bone and Bone Marrow Lesions in Children — MRI findings », Pediatric Radiology, mars 2017, vol. 47, n° 3, p. 342–360. DOI : 10.1007/s00247-016-3737-1.
  3. Greer M.-L. C., « Whole-body Magnetic Resonance Imaging: Techniques and Non-Oncologic Indications », Pediatric Radiology, août 2018, vol. 48, n° 9, p. 1348–1363. DOI : 10.1007/s00247-018-4141-9.
  4. Falip C., Alison M., Boutry N. et coll., « Chronic Recurrent Multifocal Osteomyelitis (CRMO): A Longitudinal Case Series Review », Pediatric Radiology, mars 2013, vol. 43, n° 3, p. 355–375. DOI : 10.1007/s00247-012-2544-6.
  5. Fritz J., Tzaribatchev N., Claussen C. D. et coll., « Chronic Recurrent Multifocal Osteomyelitis: Comparison of Whole-Body MR Imaging with Radiography and Correlation with Clinical and Laboratory Data », Radiology, septembre 2009, vol. 252, n° 3, p. 842–851. DOI : 10.1148/radiol.2523081335. Article en libre accès.
  6. Voit A. M., Arnoldi A. P., Douis H. et coll., « Whole-body Magnetic Resonance Imaging in Chronic Recurrent Multifocal Osteomyelitis: Clinical Longterm Assessment May Underestimate Activity », The Journal of Rheumatology, août 2015, vol. 42, n° 8, p. 1455–1462. DOI : 10.3899/jrheum.141026.
  7. Eutsler E. P., Khanna G., « Whole-body magnetic resonance imaging in children: technique and clinical applications », Pediatric Radiology, 26 mai 2016, vol. 46, p. 858–872. DOI : 10.1007/s00247-016-3586-y.
  8. Huang Z.-G., Gao B. X., Chen H. et coll., « An efficacy analysis of whole-body magnetic resonance imaging in the diagnosis and follow-up of polymyositis and dermatomyositis », PloS One, 17 juin 2017, vol. 12, n° 17, e0181069. DOI : 10.1371/journal.pone.0181069.
  9. Lecouvet F. E., « Whole-Body MR Imaging: Musculoskeletal Applications », Radiology, mai 2016, vol. 279, n° 2, p. 345–365. DOI : 10.1148/radiol.2016142084. Article en libre accès.
  10. Kim J. R., Yoon H. M., Jung A. Y. et coll., « Comparison of whole-body MRI, bone scan, and radiographic skeletal survey for lesion detection and risk stratification of Langerhans Cell Histiocytosis », Scientific Reports, 2019, vol. 9, n° 317. DOI : 10.1038/s41598-018-36501-1. Article en libre accès.
  11. Goo H. W., Yang D. H., Ra Y. S., et coll., « Whole-body MRI of Langerhans cell histiocytosis: comparison with radiography and bone scintigraphy », Pediatric Radiology, octobre 2006, vol. 36, p. 1019–1031. DOI : 10.1007/s00247-006-0246-7.
  12. Perez-Rossello J. M., Connolly S. A., Newton A. W., et coll., « Whole-body MRI in Suspected Infant Abuse », AJR American Journal of Roentgenology, septembre 2010, vol. 195, n° 3, p. 744–750. DOI : 10.2214/AJR.09.3364.
  13. Davis, J. T., Kwatra, N., Schooler, G. R., « Pediatric whole-body MRI: A review of current imaging techniques and clinical applications », Journal of Magnetic Resonance Imaging, 4 avril 2016, vol. 44, n° 4, p. 783–793. DOI : 10.1002/jmri.25259.
  14. Gottumukkala, R. V., Gee, M. S., Hampilos, P. J. et coll., « Current and Emerging Roles of Whole-Body MRI in Evaluation of Pediatric Cancer Patients », RadioGraphics, 2019, vol. 39, n° 2, p. 516-534. DOI : 10.1148/rg.2019180130.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR