Docteur Imago / L’un des faits marquants de votre précédent mandat est la journée de grève du 23 mars 2017 contre la baisse des tarifs. Quel était le contexte de cette mobilisation ?

Jean-Philippe Masson / En 2017, lors des négociations sur les tarifs, la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) nous a demandé de faire encore 300 millions d’euros d’économies. J’ai dit non. Nous sortions de 10 années d’efforts avec près d’un milliard d’euros de baisses. La CNAM a donc invoqué l’article 99...

Jérôme HOFF