Recommandations

Les obstacles et les alliés de la relation entre médecin et malade

Un rapport de l’Académie nationale de médecine fournit des recommandations pour optimiser la relation entre médecin et malade. À l’ère d’internet, de l’IA et de la télémédecine, la qualité du dialogue soignant-soigné est un enjeu de premier plan.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 23/08/21 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 12:48 Lecture 3 min.

La qualité de la relation médecin-malade « vise à établir la confiance, condition première de l’adhésion du patient et de l’alliance thérapeutique », rappelle l'Académie (photo d'illustration). © C. F.

Dans un rapport publié en juin 2021, l’Académie nationale de médecine s’est penchée sur les éléments déterminants d’une relation médecin-malade réussie. Dans ce domaine, les mœurs ont largement évolué et le patient fait désormais partie intégrante du processus de soins.

Le patient partenaire

« Le malade d’aujourd’hui, principalement celui qui souffre d’une pathologie chronique, entend être maître de sa santé, acteur de sa prise en charge, et partie prenante à la décision thérapeutique ; sa situation de partenaire, confortée par la loi, est de plus en plus revendiquée, appuyée sur des connaissances fournies par l’abondance des sources d’information et le développement des associations de malades », constate l’Académie.

« Un malade plus informé et plus critique »

L’évolution de la relation soignant-soigné est également la conséquence du déploiement de technologies qui modifient les interactions : « le médecin d’aujourd’hui doit faire face, dans sa relation avec le patient, à un malade plus i

Il vous reste 78% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR