Gouvernance

Comment bien s’entendre entre radiologues associés et comment gérer un désaccord sur l’avenir d’une société d’imagerie ?

Le regroupement des structures d’imagerie libérale et d’associés de plus en plus nombreux peuvent compliquer la prise de décisions stratégiques. Cet article présente des principes fondamentaux en matière contractuelle pour garantir la bonne entente et fournit quelques conseils pour maîtriser les éventuels désaccords.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 30/03/23 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 12 min.

Une solution satisfaisante est souvent le résultat d'échanges et de compromis (photo d'illustration). D. R.

Introduction

Les regroupements et leurs conséquences

Le secteur de l'imagerie médicale subit une profonde mutation, et depuis plusieurs années, nous avons assisté à une accélération des regroupements entre radiologues.
Pendant longtemps, et encore souvent aujourd'hui, les sociétés d'imagerie médicale comptaient un seul ou un nombre limité de sites. Tous les médecins étaient associés, dirigeants et praticiens, exerçant ainsi toutes les fonctions. Parfois, les fonctions de direction étaient partagées entre les médecins, ce qui pouvait donner lieu à une rémunération sous forme de vacation dite « administrative ».
Face aux départs de médecins à la retraite et à la pénurie croissante de remplaçants, les structures ont commencé à se regrouper, entraînant notamment :

  • l'augmentation du nombre d'associés ;
  • des écarts d'âge importants entre les associés ;
  • des habitudes de travail différentes.

Or, plus il y a de parties prenantes, plus il y a de visions différentes. Par conséquent, il devient difficile d

Il vous reste 94% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Priscille Bex

Avocate au barreau de Paris

Priscille.bex@bex-avocat.com

www.bex-avocat.com

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR