En pratique

Le PIMM en 10 questions

Le plateau d’imagerie médicale mutualisé, ou PIMM, est une forme d’organisation juridique qui permet à des groupes de radiologues de mettre en commun leur matériel, leurs locaux ou leurs personnels. Cet article répond aux interrogations essentielles sur la création, la mise en place et le fonctionnement de ce nouvel outil de coopération.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 20/09/18 à 15:00, mise à jour aujourd'hui à 15:11 Lecture 4 min.

À la constitution d’un PIMM, chaque structure cofondatrice apporte ses autorisations d’équipements médicaux lourds (EML). © Carla Ferrand

1. Pourquoi le PIMM ?

Le PIMM doit améliorer l’accès des patients à l’imagerie sur un territoire en renforçant la coopération entre professionnels de santé. Il permet de faire travailler ensemble des radiologues, même de statuts différents, pour répondre à une ou plusieurs missions de service public, notamment la permanence des soins en établissement de santé (PDSES). Avant le PIMM, la réglementation permettait déjà de faire coopérer le public et le privé et de partager des équipements d’imagerie dans des groupements (GCS ou GIE). Pourquoi donc créer cette nouvelle forme de coopération ? La première raison est la volonté de renforcer les mutualisations entre différentes structures. Il s’agit aussi, et peut-être surtout, de trouver une solution à la sempiternelle question des différences de revenus entre radiologues publics et privés.

2. Qui s’occupe de quels patients ?

Le PIMM étant, par nature, un outil d’intégration, la logique de la mutualisation de la patientèle peut s’imposer. Il est

Il vous reste 85% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Hervé LECLET

SANTOPTA Groupe ESPRIMED

Médecin radiologue

Consultant en organisation en imagerie médicale

www.santopta.fr

Voir la fiche de l’auteur

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.

7:30

Un algorithme d’IA a fourni de bonnes performances diagnostiques globales pour la détection de fractures chez les patients pédiatriques. Le logiciel a montré une précision de 84 % et une sensibilité de 91,3 % dans l’analyse par patient (étude).
18 Juil

16:30

L’ARS Normandie lance un appel à projets pour améliorer l'accès à l'offre d'imagerie médicale et de médecine nucléaire pour les patients atteints de cancer dans le cadre de la stratégie décennale de lutte contre les cancers. Cela concerne les établissements de santé et les cabinets libéraux de Normandie disposant d’ores et déjà d’une autorisation d’imagerie (IRM ou TEP).

13:31

Un partenariat inédit en Europe a été conclut entre l’Hôpital Foch et Botdesign afin d’enrichir les cohortes d’essais cliniques avec des patients « augmentés », générés par l’IA. Ce projet qui débutera en septembre a été mis en place dans le cadre de l’initiative France 2030 visant à relancer la dynamique française en matière de recherche clinique, annonce un communiqué.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR