Pénurie de personnel

Comment rendre la formation des manipulateurs plus attractive pour les jeunes ?

Les services de radiologie peinent aujourd’hui à recruter les nouvelles générations de manipulateurs. Pour rendre la profession plus attractive et adaptée aux attentes des jeunes, les formations devraient proposer de nouvelles approches basées notamment sur la VR et la recherche.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 28/03/24 à 7:00, mise à jour le 28/03/24 à 10:54 Lecture 3min.

« Nous devons faire face à l'évolution rapide des pratiques. Il est donc très important d'impliquer toutes les générations dans l'élaboration des choix de formation », explique Carst Buissink. © Solenn Duplessy

Au Congrès européen de radiologie (ECR) 2024, qui s’est tenu du 28 février au 3 mars à Vienne, en Autriche, des intervenants ont proposé des solutions pour augmenter la capacité de formation des étudiants manipulateurs. « Avant toute chose, nous devons être conscients qu’il y a une grande diversité en Europe. Donc pour trouver une réponse à nos défis, il n’y aura pas une seule solution », a introduit Carst Buissink, directeur des programmes de licence de radiothérapie et imagerie médicale à l’université de Groningen, aux Pays-Bas.

Moins de jeunes actifs et des besoins en hausse

Carst Buissink a, dans un premier temps, exposé les défis démographiques auxquels les pays européens seront confrontés. La part des jeunes âgés de 15 à 29 ans dans la population européenne totale, qui était de 16.3 % en 2021, devrait décroître pour atteindre 14,9 % d’ici à 2050, selon des données d’Eurostat. En parallèle de cette baisse du nombre de jeunes actifs, les besoins en matière de soins de santé s’acc

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Bibliographie

  1. Nightingale J., Burton M., Appleyard R. et al, « Retention of radiographers: A qualitative exploration of factors influencing decisions to leave or remain within the NHS », Radiography, août 2021, vol. 27, n° 3, p. 795-802. DOI : 10.1016/j.radi.2020.12.008.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR