SIFEM 2022

La place de la radiologie interventionnelle gynécologique en service d’imagerie de la femme

Le 9 juin, une session du congrès de la Société d’imagerie de la femme (SIFEM) a exploré les applications de la radiologie interventionnelle gynécologique. Pour le diagnostic ou le traitement en oncologie, pour la prise en charge des douleurs ou des pathologies bénignes, la discipline offre des possibilités grandissantes.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 18/07/22 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 5 min.

Dans le domaine de radiologie interventionnelle gynécologique, de multiples possibilités permettent d’élargir l’offre de soins, rappelle Thibault Poclet, radiologue au centre hospitalier de Valenciennes. © C. F.

Quelle place pour la radiologie interventionnelle gynécologique (RI) en service d'imagerie de la femme ? Cette question était au cœur d’une session du congrès 2022 de la Société d’imagerie de la femme (SIFEM), le 9 juin. Thibault Poclet, radiologue au centre hospitalier de Valenciennes (59), a montré comment les procédures guidées par imagerie étoffent l’offre de soins, aussi bien pour le diagnostic que la thérapie.

Guider les biopsies en oncologie

L’une des principales applications de la RI gynécologique concerne l’oncologie : « Dans ce contexte, la clé du problème est d’obtenir un diagnostic, que ce soit au moment du bilan initial ou pour une récidive, souligne l’intervenant. Nous pouvons donc être amenés à réaliser différentes biopsies plus ou moins compliquées sous échographie ou sous scanner, mais également des drainages et des gestes d’hémostase. » Certaines biopsies permettent de rendre facilement service, par exemple dans le cadre d’une récidive pariétale d’un adénocarcinome à ce

Il vous reste 86% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Bibliographie

  1. Jacques T., Brienne C., Henry S. et coll., « Minimally invasive removal of deep contraceptive implants under continuous ultrasound guidance is effective, quick and safe », European Radiology, mars 2022, vol. 32, n° 3, p. 1718-1725. DOI : 10.1007/s00330-021-08263-4.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR