Dépistage organisé

La proportion de faux positifs est supérieure en tomosynthèse mais diminue avec le temps

Une étude prospective suédoise parue le 5 mai dans European Radiology a comparé l'évolution du taux et du type de faux positifs entre tomosynthèse et mammographie standard en dépistage organisé. Les faux positifs étaient plus nombreux en tomosynthèse en première année, notamment les distorsions stellaires. Toutefois, après deux ans d'expérience le taux de faux positifs en tomosynthèse a diminué.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 19/06/23 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:24 Lecture 2 min.

Les faux positifs sont légèrement plus fréquents en tomosynthèse qu'en mammographie standard dans l'essai prospectif suédois Malmö Breast Tomosynthesis Screening Trial. Sur ces images, une patiente de 48 ans présentant une distorsion stellaire fait partie des faux positifs attribués à la tomosynthèse. L'anomalie est une cicatrice radiaire confirmée par biopsie. © European Radiology | Johnson et coll.

Au cœur des débats quant à sa supériorité ou sa complémentarité avec la mammographie standard, la tomosynthèse est critiquée par ses détracteurs pour son taux de faux positifs supposément plus élevé. Cependant, le consensus scientifique fait défaut à ce sujet et la caractérisation des faux positifs rencontrés en tomosynthèse reste peu étudiée. Pour combler ce manque, des radiologues suédois de l'hôpital universitaire de Scanie ont mené une étude prospective comparant tomosynthèse et mammographie standard en dépistage organisé. Leurs résultats ont été publiés le 5 mai dans European Radiology [1].

Deux incidences par participante

14 848 femmes âgées de 40 à 74 ans, choisies aléatoirement parmi la population cible du dépistage organisé suédois, ont été recrutées dans l'étude pour un unique examen entre 2010 et 2015. Lors de ce dépistage, toutes les participantes ont subi deux incidences – crâniocaudale et oblique – de mammographie standard suivies d'une incidence oblique médiolatérale de to

Il vous reste 66% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

  1. Johnson K., Olinder J., Rosso A. et coll., « False-positive recalls in the prospective Malmö Breast Tomosynthesis Screening Trial », European Radiology, mars 2023. DOI : 10.1007/s00330-023-09705-x

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR