Scanner thoracique

L’emphysème serait plus fréquent chez les consommateurs de marijuana que les fumeurs de tabac

Un article paru dans Radiology suggère que des signes radiologiques distincts peuvent être observés au scanner dans les poumons des fumeurs de marijuana. Par rapport aux fumeurs de tabac uniquement, ils présenteraient davantage d’emphysème paraseptal et d’altération des voies respiratoires caractéristiques d’une bronchite chronique.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 23/11/22 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 3min.

Altérations des voies respiratoires chez un fumeur de marijuana et de tabac âgé de 66 ans. Les coupes axiale et coronale de scanner injecté montrent une bronchiectasie cylindrique et un épaississement des parois bronchiques (têtes de flèches) dans de multiples lobes, sur fond d’emphysème paraseptal (flèches) et centrolobulaire. © Murtha L. et coll.

Les fumeurs de marijuana présentent davantage de signes radiologiques d’inflammation des voies respiratoires et d’emphysème que les fumeurs exclusifs de tabac, selon une étude rétrospective présentée dans la revue Radiology [1].
Ses auteurs, des chercheurs de l’université d’Ottawa, au Canada, ont comparé les examens de scanner thoracique d’un groupe de 56 fumeurs de marijuana (34 hommes, 49 ans d’âge moyen), avec ceux de 33 fumeurs de tabac uniquement (18 hommes, 60 ans en moyenne) et de 57 patients contrôles (32 hommes, 49 ans). Les fumeurs de tabac – au moins 25 paquet-années de tabagisme - avaient passé un scanner thoracique dans le cadre du programme de dépistage du cancer du poumon. Les patients du groupe contrôle avaient été examinés pour évaluation initiale d’un sarcome nouvellement diagnostiqué.

Une association non encore établie jusqu’ici entre emphysème et marijuana

Deux radiologues qui ne connaissaient pas les données cliniques des patients se sont chargés de l’interprétation.

Il vous reste 79% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Bibliographie

  1. Murtha L., Sathiadoss P., Salameh J.-P. et coll., « Chest CT findings in marijuana smokers », Radiology, novembre 2022. DOI : 10.1148/radiol.212611.
  2. Ribeiro L. I., Ind P. W., « Effect of cannabis smoking on lung function and respiratory symptoms: a structured literature review », NPJ Primary Care Respiratory Medicine, octobre 2016, vol. 26, n° 1 : 16071. DOI : 10.1038/npjpcrm.2016.71.
  3. Martinasek M. P., McGrogan J. B., Maysonet A., « A Systematic Review of the Respiratory Effects of Inhalational Marijuana », Respiratory Care, novembre 2016, vol. 61, n° 11, p. 1543–1551. DOI : 10.4187/respcare.04846.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR