Innovation

Des chercheurs de l’université de Boston développent des antennes IRM sans fil personnalisables à bas coût

Afin de faciliter la pose des antennes en IRM sans surcoût, une équipe d'ingénieurs a créé des antennes en métamatériaux adaptables aux différentes parties du corps. Publiés en juin dans Science Advances, les résultats de tests sur fantômes et tissus animaux indiquent un maintien, voire une amélioration du rapport signal sur bruit en IRM 3 T.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 25/06/24 à 15:25 Lecture 1 min.

Lors de tests sur fantômes puis ex vivo, les auteurs ont montré que leurs nouvelles antennes (représentations d'utilisation humaine ci-contre) permettaient de personnaliser le champ de vue selon la partie de l'anatomie à observer sans compromettre le SNR des images obtenues. © Reprinted with permission from Wu et al, Science Advances, 10, eadn5195(2024)

Les antennes actuelles d'IRM permettent certes d'améliorer le rapport signal sur bruit (ou SNR, de l’anglais signal to noise ratio), mais au prix de plusieurs inconvénients se répercutant en pratique clinique : conformation rigide, multiplication des équipements pour différentes parties du corps, inconfort de certains patients, sensibilité parfois suboptimale... Pour améliorer cette situation, des chercheurs du département de génie mécanique de l'université de Boston (États-Unis) ont créé un nouveau type d'antennes sans fil personnalisables. Ils présentent leurs premiers résultats dans la revue Science Advances [1].

Des métamatériaux novateurs

Ces nouvelles antennes ont été confectionnées à partir de métamatériaux – c'est-à-dire des matériaux artificiels présentant des propriétés électromagnétiques qu'on ne retrouve pas naturellement – isolés de manière coaxiale. L'utilisation de ces nouveaux matériaux émergents a permis selon les auteurs « d'étendre la couverture des antennes tout e

Il vous reste 62% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Bibliographie

  1. Wu K., Zhu X., Anderson S. W. et al, « Wireless, customizable coaxially shielded coils for magnetic resonance imaging », Science Advances, 12 juin 2024. DOI : 10.1126/sciadv.adn5195.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR