Accident vasculaire cérébral

« Il faut quasiment doubler le nombre de neuroradiologues interventionnels d’ici trois ans »

La thrombectomie s’impose de façon progressive pour la prise en charge de l’AVC. Cette évolution entraîne une forte augmentation des procédures de neuroradiologie interventionnelle. Pour Jérôme Berge, praticien hospitalier au service de neuroradiologie du CHU de Bordeaux, la formation et le recrutement sont essentiels pour maintenir le développement de l’activité.

Le 11/09/17 à 15:00, mise à jour hier à 15:12 Lecture 3 min.

Pour le neuroradiologue interventionnel Jérôme Berge, le développement de la thrombectomie a révolutionné le traitement de l'AVC. © Virginie Facquet (photo d'archive)

Docteur Imago / La thrombectomie a prouvé ses bénéfices pour la prise en charge de l’AVC. Comment s’est-elle développée ?

Jérôme Berge / Quand j’ai commencé en 1992, nous faisions une centaine de procédures par an dans notre CHU. Cette année, nous en ferons presque 1 000. Cela se développe énormément. Dans les années quatre-vingt-dix, le traitement de référence pour l’AVC était la fibrinolyse intraveineuse. On sentait que la thrombectomie allait devenir importante, mais dans notre système de médecine, il faut prouver les choses. La bascule a eu lieu en 1995, quand cinq séries internationales ont montré que l’on sauvait beaucoup plus de patients en allant déboucher l’artère dans les six heures qu’en se contentant d’une fibrinolyse par voie veineuse. Il y a eu une conjonction de facteurs qui ont permis de faire cette bascule. C’est vraiment une révolution incroyable dans le domaine de la neuroradiologie. On a rarement vu un tel bouleversement dans le traitement d’une maladie.

D. I. / Quels sont les projets actuels pour faire bénéficier les patients de cette méthode ?

J. B. / La DGOS a mandaté la Société française de neuroradiologie (SFNR) et la Société française neurovasculaire (SFNV). Elles ont pour mission de réaliser un maillage territorial qui permettra à tous les patients de bénéficier d’une thrombectomie dans un délai raisonnable. En 2017, 38 CHU sont dotés d’un service de neuroradiologie interventionnelle. Une douzaine de nouveaux centres doivent ouvrir dans les cinq prochaines années à Annecy, Bayonne, Boulogne, Fort-de-France, La Rochelle, Pau, Perpignan, Valence, Valenciennes et Vannes.

D. I. / En 2016, il y a eu 56 % de thrombectomies en plus par rapport à 2015. Comment les services peuvent-ils absorber cette hausse d’activité ?

J. B. / L’année dernière, il y a eu 4 589 AVC traités par thrombectomie. On va rapidement monter à 6 000 ou 7 000. Il va donc falloir renforcer les équipes. Les centres doivent pouvoir assurer une astreinte 7j/7 et 24h/24. Pour cela, chaque équipe des gros CHU doit compter au moins cinq médecins. Il est donc très important d’anticiper et de former des praticiens pour les nouveaux centres. Il faut aussi organiser des campagnes d’information, comme l’a fait l’Union nationale des internes en radiologie (UNIR), pour susciter des vocations. Actuellement, les 38 CHU comptent 110 neuroradiologues interventionnels seniors. Si l’on veut des équipes suffisantes, il faudrait que nous soyons 200 d’ici trois ans.

D. I. / Ce besoin est-il compris par les autorités de tutelle ?

J. B. / Avec la thrombectomie, on a une chance sur deux d’épargner un handicap au patient. Avec la fibrinolyse, c’était une chance sur six. En outre, le gain médicoéconomique se chiffre en centaines de millions d’euros. Ce traitement est une économie énorme pour la Sécurité Sociale. En contrepartie, les agences régionales de santé devraient jouer leur rôle. Or, pour l’instant, on ne forme pas assez de gens. Dans certaines régions, il n’y a pas encore eu cette prise de conscience.

D. I. / Quelles sont les formations en neuroradiologie interventionnelle ?

J. B. / Il y a deux filières. L’une est soumise à un décret. L’interne suit sa formation initiale, valide le DIU et va faire son clinicat ou un assistanat de deux ans en neuroradiologie interventionnelle dans l’un des 38 CHU. Nous souhaiterions étoffer nos capacités de formation, avec un poste de chef de clinique et un poste d’assistant par CHU. L’autre filière consiste à former des radiologues qui font déjà de l’interventionnel et qui savent faire du cathétérisme pour les « upgrader » afin qu’ils puissent faire de la thrombectomie.

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR