Pénurie de personnel

Le manque de manipulateurs perturbe toute la chaîne de l’imagerie

La pénurie de manipulateurs radio dans les structures d'imagerie affecte les radiologues, contraints pour certains de fermer des vacations ou des cabinets entiers. L'objectif pour eux est notamment d'attirer et conserver les manipulateurs dans les centres, afin de garantir une bonne prise en charge des patients.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 16/05/22 à 7:00, mise à jour le 02/10/23 à 14:23 Lecture 5min.

Le manque de manipulateurs oblige à limiter le nombre de vacations (photo d'illustration). © C. F.

Les manipulateurs d’électroradiologie médicale deviennent une denrée rare. Selon le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) 2020 de février 2021, qui a recensé 27 500 professionnels en exercice en 2019, le taux de vacance de postes est de 6 % en Île-de-France. Cette situation a des conséquences sur les services d’imagerie hospitaliers comme sur les cabinets libéraux.

Fermeture des vacations

La pénurie de manipulateurs pousse ainsi les établissements à diminuer leur activité. « Dans les cabinets de radiologie le manque de manipulateurs oblige à limiter le nombre de vacations, c’est-à-dire le nombre de patients que nous pouvons traiter dans une journée », affirme Jean-Philippe Masson, président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR). Un constat que partage Laurence Rocher, radiologue et cheffe de service à l’hôpital Antoine-Béclère - Assistance publique-Hôpitaux de Paris. « Dans le service, nous sommes à moins 6 manips. Ce qui veut dire que les rad

Il vous reste 86% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Discussion

Commenter cet article
  1. Jean-Baptiste Pialat« 70 % des manips en France sont à l’hôpital alors que ce dernier ne réalise que 30 % de l’activité radiologique. Cela veut peut-être dire qu’il y a un problème organisationnel à l’hôpital » Effectivement, mais cela m'apparait un peu réducteur lorsque l'on voit le profil de patient, le type d'activité et les leviers de motivations qui sont bien différents également.
    Il y a 2 ans

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR