Grâce aux informations contenues dans un scanner thoracique basse dose réalisé pour un dépistage du cancer du poumon, un système de deep learning (apprentissage profond) pourrait prédire le risque de décès lié à une pathologie cardiovasculaire à 5 ans. Telle est la conclusion d’une étude publiée dans la revue Radiology : Cardiothoracic Imaging le 15 avril.

5 000 scanners de l’étude NLST

Pour aboutir à ce résultat, le chercheur Bob D. de Vos et ses collègues des hôpitaux universitaires...

Carla FERRAND
Bibliographie
  1. De Vos B. D., Lessmann N., de Jong P. A. et coll., « Deep learning-quantified calcium scores for automatic cardiovascular mortality prediction at lung screening low-dose CT », Radiology : Cardiothoracic Imaging, avril 2021. DOI : 10.1148/ryct.2021190219. Publication en ligne.