Docteur Imago / Comment a évolué l’organisation de votre service durant la crise du COVID ?

Pierre-Yves Brillet / Au plus fort de la vague épidémique, nous avions deux scanners dédiés COVID. Lorsque nous faisions 65 scanners par jour, 60 étaient COVID+. Nous avions obtenu l’autorisation de l’agence régionale de santé d’utiliser également le scanner de la gamma caméra de médecine nucléaire. Finalement, nous n’en avons pas eu besoin. Le scanner nous a servi comme examen de diagnostic précoce...

Carla FERRAND