Société d'imagerie thoracique

Les bons réflexes pour valider les diagnostics alternatifs au COVID

Une session du séminaire en ligne de la SIT s’est intéressée aux diagnostics alternatifs du COVID. Pour faire la part des choses, les radiologues doivent se référer au contexte clinique et aux antécédents des patients.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 30/06/20 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:29 Lecture 2min.

Pour valider des diagnostics alternatifs au COVID, les radiologues doivent s'appuyer sur les renseignements cliniques et les antécédents des patients. Capture d'écran

Les patients qui présentent de la fièvre, une douleur thoracique, une toux et/ou une dyspnée peuvent être atteints d’une autre pathologie que le COVID-19. Le 26 juin, lors du séminaire en ligne de la Société d'imagerie thoracique (SIT) dédié au COVID-19, Lucie Cassagnes, radiologue au CHU de Clermont-Ferrand, a décrit plusieurs cas de diagnostics alternatifs au scanner.

Penser à l’embolie

Certains de ces diagnostics alternatifs peuvent être relativement simples, commente la radiologue. Elle cite le cas d’un patient de 76 ans qui présentait une fièvre à 38° C et une dyspnée avec une notion d’oppression thoracique. « Quand on regarde les fenêtres parenchymateuses, on n’observe pas d’anomalies patentes, décrit-elle. Il n’y a pas de signes en faveur d’une infection à COVID. En fait, il faut toujours penser à l’embolie pulmonaire chez ces patients dyspnéiques, notamment si les fenêtres parenchymateuses ne permettent pas d’expliquer la symptomatologie. » Chez ce patient, c’est donc bien une em

Il vous reste 74% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR