Oncologie interventionnelle

L’utilité de la privation veineuse sus-hépatique au cœur des débats

Une session du congrès de la Société française d’imagerie cardiovasculaire, en juin dernier, a fait le point sur les controverses en oncologie interventionnelle hépatique. Deux radiologues ont débattu de l'utilité de la privation veineuse sus-hépatique.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 28/09/18 à 15:00, mise à jour hier à 15:05 Lecture 6min.

Le radiologue lyonnais Pierre-Jean Valette n'est « pas parfaitement convaincu » de l'utilité de la privation veineuse sus-hépatique. Pour le radiologue montpelliérain Boris Guiu au contraire, il est « indispensable » que les radiologues maîtrisent ce geste. . © C. F.

Pierre-Jean Valette, et Boris Guiu n’ont pas le même avis sur la privation veineuse sus-hépatique. Le 23 juin 2018, ils ont confronté leurs arguments pendant une session des Journées francophones d’imagerie cardiovasculaire (SFICV). Le premier, radiologue au centre hospitalier Lyon-Sud émet des doutes sur l’utilité de la technique : « Le principe de l’embolisation veineuse hépatique (EVH) est de renforcer ou d’accélérer l’hypertrophie du futur foie restant avant une hépatectomie majeure, indique-t-il. La question est de savoir si l’on va gagner quelque chose en faisant cette embolisation sus-hépatique, qui, de principe est conçue comme complémentaire d’une embolisation veineuse portale. »

Les résultats « inconstants » de l’EVP

Pierre-Jean Valette reconnaît que l’embolisation portale (EVP) est une technique de référence, mais estime aussi qu’elle connaît « des résultats inconstants ». Pour illustrer son propos, il cite les résultats d’une méta-analyse publiée en 2008, qui montre « un taux

Il vous reste 88% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR