Sénologie

Difficultés diagnostiques et thérapeutiques du cancer du sein

Ce cas clinique d’une patiente de 51 ans illustre quelques-unes des difficultés diagnostiques et thérapeutiques posées par le cancer du sein, dont certaines sont liées à la pandémie actuelle de Covid-19.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 17/02/21 à 16:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 8min.

Ce cas illustre une situation souvent rencontrée en cancérologie mammaire : une IRM mammaire faite dans le cadre du bilan d’extension d’un cancer du sein (ici, l’IRM était indiquée avant chimiothérapie néoadjuvante) découvre une lésion supplémentaire non vue initialement sur le bilan standard. © Langer A.

Observation clinique

Une patiente âgée de 51 ans, non ménopausée, sans antécédent personnel ou familial, est adressée pour une masse palpable du quadrant supéro-externe droit (QSED). La mammographie (figure 1) montre une masse de forme irrégulière et de contours indistincts, classée BI-RADS 5, près du prolongement axillaire.

L’échographie (figure 2) montre une masse de contours microlobulés avec renforcement postérieur de 24 mm, sur le rayon de 11 h à 60 mm du mamelon, classée BI-RADS 4c. Il n’y a pas d’adénopathie axillaire associée.

Une biopsie échoguidée est donc réalisée, qui montre un carcinome canalaire infiltrant (CCI) de grade III, RH - HER2 +, avec Ki-67 à 90 %. Il s’agit donc d’une lésion agressive (grade 3, récepteurs hormonaux négatifs, HER2 positif et Ki-67, témoin de la prolifération, très élevé) qui nécessitera chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.
La patiente est vue le 30 septembre 2020 par le chirurgien, qui classe cliniquement la lésion (classification TNM) T1, N0.

Il vous reste 91% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Adriana Langer

Radiologue Service de radiodiagnostic Institut Curie, hôpital René-Huguenin Saint-Cloud (92)

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR